Whippet à la plage avec une balle
Santé

Le coup de chaleur chez le chien : attention danger !

Nous savons tous qu’il est inconscient de laisser son chien dans une voiture en plein été, même à l’ombre. Mais le coup de chaleur peut survenir dans d’autres circonstances. Alors quelles en sont les causes et comment éviter ce coup de chaleur potentiellement mortel pour nos compagnons ?

Le processus du coup de chaleur

La thermorégulation chez le chien

La thermorégulation est l’ensemble des mécanismes qui permet à un organisme de se maintenir à une température souhaitée.

Vous le savez probablement déjà, mais le chien a une température corporelle moyenne un peu supérieure à la nôtre. En conditions normales elle est d’environ 38,7°C, et peut varier sensiblement selon les individus. Lorsque la température corporelle rectale atteint 42°C, le taux de mortalité est de 50%. L’écart est donc mince entre une température normale et une température mortelle.

Le chien ne lutte pas contre la chaleur comme l’être humain. Chez nous, la transpiration joue un rôle majeur. Chez nos compagnons, la sudation est presque inexistante, car il n’a que peu de glandes sudoripares.

Le principe majeur de thermorégulation chez le chien est la polypnée thermique : c’est le fait de respirer par la bouche qui lui permet de maintenir la température de son système nerveux central.

Coup de chaleur et muselière

Certaines muselières empêchent au chien d'ouvrir suffisamment la gueule. Une muselière inadaptée favorise le coup de chaleur en entravant le mécanisme de polypnée thermique. Pour savoir quelles muselières privilégier, et comment l'utiliser, renseignez vous auprès d'un professionnel compétent.

Mais il n’y a pas que le soleil ou le port de la muselière qui favorisent le coup de chaleur. D’autres facteurs peuvent causer un stress thermique et aboutir à la mise en danger de votre animal.

Les facteurs de stress thermique

Le stress thermique est multifactoriel. C’est l’accumulation de ces différents apports de chaleur qui va mettre à mal la thermorégulation d’un organisme. Il est important de les connaître car ces derniers sont plus ou moins prévisibles ou perceptibles par nos sens.

 

Les facteurs externes

Il existe des facteurs externes bien connus, comme la température et l’ensoleillement.

En revanche d’autres sont moins perceptibles comme le taux d’humidité, la circulation de l’air, le rayonnement de surface ou les matières chaudes (comme le sol ou la carrosserie d’une voiture par exemple).

Thermomètre qui indique un temps très chaud

Les facteurs internes

Il existe aussi des facteurs individuels qui réduisent la résistance au stress thermique de certains individus.

L’obésité, un pelage sombre, une face écrasée et un nez court (races dites Brachycéphales comme les Boxers, Bouledogues, Carlins…), sont des caractéristiques morphologiques favorisant l’apparition du coup de chaleur.

L’état de santé général du chien est aussi à prendre en compte. Les sujets malades, très jeunes ou très âgés sont plus fragiles.

De la même façon, il faut intégrer aussi les sollicitations métaboliques comme la digestion, l’effort physique plus ou moins intense, ou sans entrainement suffisant.

Vous l’aurez compris, l’apport de chaleur peut rapidement être amplifié par une multitude de critères, dont certains peuvent échapper à notre vigilance ou notre perception. La capacité de résistance de chaque chien dans une situation identique ne sera pas la même.

Si le coup de chaleur classique est plus fréquent en été, il est important de noter que le coup de chaleur d’exercice (effort violent et prolongé) peut aussi survenir dans des périodes plus froides.

Les symptômes du coup de chaleur

Un chien sujet à un coup de chaleur va présenter un certain nombre de symptômes :

  • halètements marqués
  • apathie
  • salivation excessive
  • démarche nonchalante
  • perte de conscience
  • tremblements
  • vomissements
Peluche de chien avec des pansements

D’autres symptômes sont moins fréquents comme : langue cyanosée/gonflée, incapacité à reconnaître son maître, yeux vitreux, pupille dilatée, cécité, tremblements de la tête, respiration bruyante, pétéchies cutanées et/ou des muqueuses, saignements de nez.

Les symptômes les plus fréquents sont plutôt classiques et peuvent orienter sur d’autres problèmes de santé moins préoccupants. C’est pourquoi il est d’autant plus important de considérer les facteurs de stress thermique pour pouvoir déceler un coup de chaleur le plus rapidement possible.

Urgence vétérinaire et premiers soins

Le coup de chaleur est une urgence vétérinaire et le pronostique vital de votre animal peut être engagé. Il faut réagir rapidement en refroidissant votre chien. Pour cela vous pouvez :

  •  le mouiller (l’élimination de chaleur est 25 fois meilleure lorsque la peau est mouillée) et créer un courant d’air par tous les moyens (ventilateur, ouverture des fenêtres…)
  • le masser (favorise la circulation sanguine)
  • lui appliquer de la glace sur ses veines jugulaires ou sur la tête
  • le faire prendre un bain d’eau froide en faisant attention aux risques d’hypothermie (l’effet de refroidissement est identique pour une eau à 8°C ou à 20°C)
  • l’amener d’urgence chez un vétérinaire

Prévenir plutôt que guérir !

Il faut savoir que lors d’un premier coup de chaleur le centre de thermorégulation se dégrade, et l’individu sera plus sensible à la récidive. Il est donc important de tout mettre en œuvre pour le prévenir.

Les précautions à prendre pour éviter le coup de chaleur :

  • laisser à votre chien un accès à de l’eau en permanence et à un endroit ombragé et ventilé
  • éviter tout effort lors des fortes chaleurs. En été, préférez les balades matinales ou en soirée, et où la baignade est possible
  • entrainez votre chien progressivement et intelligemment, ne faite pas faire 10km de course à pied s’il n’est pas entrainé
  • ne lui faite pas faire d’effort avec une muselière, sauf si elle est adaptée à l’exercice et que vous en tenez compte dans la gestion de son effort

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour prendre soin de vos compagnons pendant les périodes chaudes et profiter de l’été en toute sécurité.

Boxer à la plage

Source : École nationale vétérinaire de Lyon, Thèse n°101 « Le coup de chaleur chez le chien », CHEVESSEND-TAH Stéphanie, 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *